Le château de Versailles reçoit en don une pièce exceptionnelle de provenance royale : la commode à panneaux de laque du Japon et vernis parisien, livrée pour la chambre de Louis XV à Choisy en 1744 par l’ébéniste Antoine-Robert Gaudreaus. Madame Edmond J. Safra, au nom de La Fondation philanthropique Edmond J. Safra, a fait part de sa généreuse volonté d’en faire don à l’Etablissement public, afin que ce meuble insigne rejoigne les collections nationales.

Son arrivée au château de Versailles marque une nouvelle étape significative dans le remeublement des appartements royaux.

En 1744, une extraordinaire commode au riche décor de bronze doré et de laque du Japon est exécutée par Antoine-Robert Gaudreaus, pour la chambre royale du château de Choisy, l’une des résidences favorites de Louis XV. Le meuble fait suite à une première commode livrée par le même ébéniste pour la chambre de Louis XV en 1739 à Versailles (à présent conservée à la Wallace Collection de Londres).

La commode de Choisy est ornée de bronzes dorés d’un dessin unique, soulignant à merveille le décor noir et or, provenant de feuilles de paravents en laque du Japon des collections de Louis XIV. C’est le marchand-mercier parisien Hébert qui a été chargé de la préparation des panneaux de laque destinés à être posés sur le bâtis de l’ébéniste Gaudreaus.

La commode est restée au château de Choisy jusqu’au règne de Louis XVI. Quand la résidence royale est abandonnée par la cour, et démeublée, peu avant la Révolution, la commode est transportée à Saint-Cloud, dans la chambre de Madame Elisabeth, sœur du roi, puis on la retrouve après 1789, dans la chambre que Marie-Antoinette a occupée dans ce même château. Ce meuble, qui a été au cœur de la vie des souverains français, a finalement été aliéné lors des ventes révolutionnaires.

La commode réapparait au XXe siècle dans une collection privée égyptienne. Elle parvient en Italie après 1950, et est finalement acquise par M. Edmond J. Safra. Elle sera placée dans les appartements de Mesdames, filles de Louis XV, et plus précisément dans la chambre de Madame Victoire. Ces espaces restaurés et remeublés en 2013 sont un véritable témoignage de la vie de cour à Versailles au XVIIIe siècle.

« J’éprouve un sentiment de joie et une grande fierté de pouvoir offrir ce cadeau à la République française. Je suis heureuse de voir cette commode arriver au château de Versailles, où elle pourra être appréciée par des visiteurs et des amateurs d’art dans un cadre historique, mettant en lumière l’excellence de l’art, du mobilier et du savoir-faire français. » Madame Edmond J. Safra

co

La Fondation philanthropique Edmond J. Safra

Edmond J. Safra, un des banquiers les plus accomplis du 20ème siècle et philanthrope confirmé, a créé une importante fondation philanthropique afin de s’assurer que les personnes les plus démunies et les associations caritatives continuent de bénéficier de son assistance et de ses encouragements pour de nombreuses années. La Fondation philanthropique Edmond J. Safra, présidée par sa femme Lily, aspire à poursuivre l’action inspirée de la vie et des valeurs de son fondateur et s’engage dans les secteurs de l’éducation, la science et médecine, la religion, l’assistance humanitaire et la culture dans plus de 40 pays autour du monde.

Le fabuleux don de la commode Gaudreaus s’inscrit dans la démarche de soutien de longue date en faveur de l’art français de Monsieur et Madame Edmond J. Safra. Au musée du Louvre, Monsieur et Madame Safra ont fait donation d’une paire de terrines avec leurs présentoirs, pièces du service Penthièvre-Orléans réalisées par le célèbre orfèvre Edmé-Pierre Balzac au milieu du XVIIIe siècle (une salle du musée porte d’ailleurs le nom de M. et Mme Safra). En 2012, Madame Safra a offert au Louvre les quatre aquarelles « Cortège Nuptial de Napoléon et Marie-Louise » c.

1811, réalisées par Benjamin Zix. Monsieur et Madame Safra ont encore fait don à la Bibliothèque nationale de France d’un manuscrit de 1343, Le Petit Livre des préceptes d’Isaac de Corbeil, témoignage irremplaçable de grandes œuvres juives médiévales écrites dans le nord de la France.

D’autre part, ils ont apporté leur contribution à la B.N.F. pour l’exposition des manuscrits hébreux tirés des collections françaises et la publication de l’ouvrage Jardin d’Éden, Jardins d’Espagne.

À Versailles, Madame Safra a soutenu la réfection du Potager du roi, jardin de plantes, de légumes et de fruits créé dès 1678 par Jean-Baptiste de La Quintinie sur la demande de Louis XIV. En 2011, Madame Safra a offert au château de Versailles deux aquarelles représentant des intérieurs du château, signées Jean-Baptiste Fortune de Fournier et Franz Alt.