Pierre Desnos, infatigable bosseur, figure incontournable du quartier Etats-Unis-Pershing, et donc de Versailles, vient de publier son dernier ouvrage, « Histoire des jardins ouvriers et familiaux de Versailles, 1901-2011« . Dominique Daudon, membre de l’Asrieupe), nous en livre un portrait passionnant.

jardins familiaux desnos versaillesNon ce n’est pas un nouvel épisode de Tintin mais le titre du dernier ouvrage écrit par Pierre Desnos, président de l’ASRIEUPE (Association des riverains Etats-Unis et Pershing) et des Amis des Forêts de Versailles et de Fausses Reposes, deux grandes associations versaillaises.

Mais avant de parler de son livre, je souhaite présenter Pierre Desnos en quelques mots. Pierre Desnos habite Versailles depuis 31 ans. Il a d’abord vécu 10 ans près de la gare des Chantiers pour accéder rapidement à son lieu de travail à Paris. En 1991, souhaitant acheter un appartement et se rapprocher de la verdure, il déménage avec son épouse dans le quartier de Picardie limitrophe de la forêt de Fausses Reposes. Bien que très occupé par ses activités professionnelles de traduction, Pierre que l’on peut qualifier « d’hyper actif » décide de créer l’ASRIEUPE.

L’idée de cette association de quartier lui est venue après une discussion avec des voisins qui se plaignaient que leurs rues étaient dangereuses et qu’il fallait agir auprès des élus.

« Pour se faire entendre, il faut créer une association » leur a répondu Pierre. Depuis, l’association regroupe 17 résidences soit environ 2000 personnes. Mais comment faire vivre une telle association ? Pour cela, Pierre Desnos s’est appuyé entre autres sur trois principes.

Avoir toujours un projet majeur « au fer » en plus des problèmes quotidiens du quartier. Cette idée lui a été donnée par un vieux Versaillais qui lui expliquait un jour que si l’association se limitait aux irritants du quotidien, elle ne durerait pas au delà de 10 ans ! Il faut donc toujours avoir un projet nouveau et mobilisateur.

Second principe : en savoir plus sur un sujet que les élus ou les experts techniques en s’appuyant sur l’histoire ou la mémoire du quartier.

Enfin, troisième idée, savoir s’intéresser à ce qui se passe dans Versailles au-delà du périmètre de l’association.

pierre desnos asrieupe versaillesEn combinant ces trois principes ,Pierre Desnos a proposé à l’association divers projets dont les plus connus sont la rénovation du monument Pershing-Lafayette , celle du Pavillon des Filtres, puis du Bassin de Picardie avec à chaque fois l’écriture d’un document historique comme le mémoire sur « l’histoire du Monument Pershing » (à découvrir sur le site de l’Asrieupe), d’un livre avec Jean Siaud sur l’histoire de l’eau à Versailles et enfin cette « Histoire des jardins ouvriers et familiaux de Versailles 1901-2011 » qui concerne le quartier Jussieu/Petits Bois voisin de Picardie.

Qui à Versailles connaît ces jardins ? Cet ouvrage retrace l’histoire d’une institution versaillaise méconnue, la Société des Jardins ouvriers de Versailles, créée en 1901 par des philanthropes qui va traverser le XX ème siècle en s’y adaptant. Il faut lire ce livre pour découvrir un autre versant de l’histoire de Versailles, moins connu que la Grande Histoire de notre ville royale, mais tout autant attachant et respectable car il raconte l’histoire de gens simples et modestes qui font eux aussi partie de la mémoire de notre ville.

Pour découvrir ces jardins : le livre de Pierre Desnos à commander à : ASRIEUPE, 144 Avenue des Etats Unis, 78000 VERSAILLES. Joindre un chèque de 16 euros à l’ordre de l’Asrieupe

ou dans les librairies locales comme le Livre bleu rue de Montreuil, le Bain d’encre au Chesnay.

Dominique DAUDON