Quelle prouesse et quel travail ! Le légiste Philippe Charlier, du laboratoire d’anthropologie médicale et médico-légale de l’Université Versailles-Saint-Quentin a non seulement réussi à reconstituer le visage du héros révolutionnaire, mais lui a décelé en plus une variole et une sarcoïdose (rien à voir avec un ancien président ;-).

Comment a t-il fait ? Le scientifique a analysé méticuleusement les masques mortuaires de Robespierre et grâce aux moules de plâtre, a pu reconstituer son visage en 3D. Et il a pu découvrir que sa peau était marquée par des lésions, des cicatrices de la variole. Le degré de certitude atteint 100%, d’autant plus que les témoignages de l’époque corroborent le diagnostic : problèmes de vue, saignements de nez, ulcères de jambes.

Et la sarcoïdose ? Là aussi, pas de doutes : atteinte ophtalmologique et cutanée, au niveau des jambes et du visage, et également une atteinte des muqueuses respiratoires.

Autre conclusion : même s’il avait gardé sa tête, Robespierre n’aurait pas vécu bien longtemps.

robespierre visage 3d