sel de versaillesL’histoire a commencé au Québec dans les années 80. Puis les SEL se sont développés dans l’Angleterre des années Thatcher, et un peu partout dans le monde, aussi bien dans les pays développés que dans le tiers-monde. Leur objectif est simple : permettre à leurs membres de se rendre mutuellement des services en fonction de leur compétences mais également de se défaire d’objets dont ils n’ont plus l’utilité (vêtements, livres, vaisselles etc.) sans avoir recours à la monnaie traditionnelle. Tous les échanges donnent lieu à une transaction qui s’effectue dans une monnaie fictive (que l’on va appeler ici des unités) propre au réseau. Les prix sont librement fixés entre les parties, qui ne sont bien sûr pas obligées de conclure.

Les services rendus doivent se limiter à des coups de main ponctuels, comme on s’en rend entre amis ou entre voisins : l’association veille scrupuleusement à ce que personne n’abuse du système, et encore moins n’utilise le réseau pour effectuer du travail au noir.

Le SEL. de Versailles est né en 2014 de la préparation d’une conférence organisée à la Mairie de Versailles sur l’Economie Sociale et Solidaire.

Pour comprendre le fonctionnement d’un SEL, rien ne vaut un bon exemple. Imaginons que le lavabo d’Isabelle fuit : elle va consulter le catalogue des services à la rubrique « réparations » et contacter Pierre, qui propose de petits travaux de plomberie. En échange de la réparation, elle va verser à Pierre 100 unités. Avec cette richesse, Pierre va à son tour acheter pour 30 unités de pommes de terre à Jean, qui a la chance de posséder un potager, et commencer à prendre des cours de guitare avec Mathias, musicien amateur, au tarif de 60 unités la séance et peut-être se choisir un livre pour 10 unités parmi ceux proposés par Chantal…

L’association propose un catalogue sur internet synthétisant l’ensemble des offres et des demandes des membres, ainsi que leurs coordonnées. Les services proposés vont du repassage au dépannage informatique, en passant par la réparation de vélos, le covoiturage ou les cours de tricot, etc.

Mais le rôle de notre association ne s’arrête pas là. C’est un moyen de tisser du lien social, de se faire des amis, de partager des activités de loisirs, de sports…

Le SEL, ouvert à tous, est par définition sans appartenance politique et religieuse. L’unité d’échange (le soleil) n’a aucune valeur en soi et permet juste de différer la réciprocité des échanges dans le temps et dans le groupe. Les unités se génèrent automatiquement sur la base d’un simple accord entre les protagonistes de l’échange, sur l’indication d’une unité par minute (une heure = 60 unités = 60 soleils) et viennent valoriser/mémoriser toute activité qui répond à un besoin, entre au moins 2 individus. La personne ou le groupe bénéficiaire se débite d’autant ce qui permet une auto régulation aisée du groupe.

seldeversailles@gmail.com

https://sites.google.com/site/seldeversailles/