Les locaux sont vides depuis longtemps et chacun s’étonnait qu’aucun commerce ne s’y soit installé, étant donné l’excellent emplacement. L’ancien restaurant mexicain avenue du Général de Gaulle, situé entre la gare de Versailles Rive Gauche et la mairie, sera remplacé par un KFC, un fast-food spécialisé dans le poulet.

Vus le nombre de touristes qui débarquent chaque jour à la gare, c’est pain poulet bénit pour la célèbre enseigne.

Oui, mais voilà, la mairie n’est pas d’accord : « On n’a pas envie d’avoir en plein centre-ville une enseigne de restauration dont la réputation n’est franchement pas bonne. Ce n’est pas satisfaisant pour la ville alors que nous défendons une image de qualité », selon Marie Boëlle, adjointe au maire.

Même si je ne suis pas fan des fast-foods et que je doute que KFC soit étoilé un jour, la réflexion de l’élue me fait sursauter : quid de la liberté de commerce ? quid des emplois créés ? Ca veut dire quoi « une réputation pas franchement bonne » ? Marie Boëlle préfère quoi ? Un magasin de dentelles et de porcelaines XVIIe ? Que les touristes aillent tous se restaurer au Pullman ?

Que devons-nous craindre ? Pas grand-chose à mon avis : je tiens à rappeler qu’il existe à Versailles une charte des devantures commerciales (couleurs, formes, stores, enseignes, éclairages, vitrages, portes, etc) qu’il est impossible d’éviter et qu’il est peu probable de voir le logo KFC tourner et clignoter toute la nuit.

A moins que le maire n’aime pas le poulet et qu’il craigne des remontées d’odeur dans son bureau…

kfc versailles