Malgré ses balades dans notre ville (grand lecteur, il arpente les librairies versaillaises), l’ancien président du Sénégal, Abdoulaye Wade, 86 ans, souhaite rester discret à Versailles et en France. Mais si les médias français semblent ignorer le résidant versaillais, leurs confrères sénégalais semblent, eux, plus… agressifs.

Il n’y a qu’à lire les journalistes sénégalais : ils sont tous remontés contre lui. Il faut dire que l’actualité récente sur Wade est croustillante :
www.leral.net/Ouverture-du-cabinet-Wade-Office-a-Versailles-Gorgui-veut-se-recycler-avec-les-recettes-du-Monument-de-la-Renaissance_a75995.html
www.dakaractu.com/Ouverture-du-cabinet-Wade-Office-a-Versailles-Le-Vieux-veut-se-recycler-avec-les-recettes-du-Monument-de-la-Renaissance_a39917.html
www.leral.net/Pas-a-pas-avec-l-ancien-President-Wade-Versailles-ses-anciennes-amours_a56912.html
www.setal.net/Perquisition-du-domicile-de-Versailles-Wade-bientot-entendu-par-un-juge-parisien_a10400.html

wade versailles sénégal

D’une part, il vient de créer à Versailles le cabinet Wade Office, une structure de gestion de son patrimoine, dont une partie des recettes proviendra de la gestion du Monument de la renaissance africaine. Je me suis renseigné sur cette oeuvre qui a choqué le peuple sénégalais : 52 m de haut (si, si), entre 15 et 23 M€, prévu pour 1200 ans, maîtrise d’oeuvre assurée par une société nord-coréenne, etc. La fiche Wikipedia vaut le détour.

Le plus amusant est qu’Abdoulaye Wade a dessiné l’oeuvre et qu’il en détient 35% des droits ! Tranquille… C’est un peu comme si Mitterrand avait dessiné l’opéra Bastille et avait été rémunéré par la suite. Bon, faut dire que c’est un peu une tradition au Sénégal : Léopold Sédar Senghor jouissait bien des recettes de l’hymne national sénégalais.

D’autre part, c’est sa fille, Syndjély Wade, qui dirigera cette nouvelle société ; le fiston, Karim, étant interdit de sortie de territoire, dans le cadre de « la traque des biens dits mal acquis« .

Les biens dits mal-acquis… là aussi, c’est pas mal.

L’Etat du Sénégal a déposé une plainte début décembre, accusant l’entourage proche du prédécesseur de Macky Sall de « recel de détournement de fonds publics, recel d’abus de biens sociaux et corruption« . Principal cible : Karim Wade ancien ministre d’Etat de 2009 à 2012. Parmi les pièces aux mains du parquet de Paris, deux sociétés civiles immobilières.

C’est ainsi que le domicile de Versailles et l’appartement avenue des Ternes vont faire l’objet d’une perquisition par les enquêteurs de la division nationale d’investigations financières et fiscales de Paris.

Enfin, cerise sur le gâteau, on apprend que, dans le cadre de l’affaire du Festival mondial des arts nègres (Fesman), la directrice de l’Inspection générale d’État (Ige), Nafi Ngom Keïta, a discrètement pris l’avion pour se rendre chez Abdoulaye Wade, à Versailles (dans l’organisation de ce festival, Abdoul Aziz Sow était le coordonnateur aux côtés de Sindjiély Wade, la fille du Président Wade).

Bref, un Versaillais pas ordinaire ;-). D’ailleurs, si vous voyez à Versailles une Mercedes frappée d’une plaque diplomatique sénégalaise dans laquelle se trouvent trois gardes du corps, vous avez de grandes chances d’apercevoir le Grand Zazou.