cour des senteurs versailles lenotre guerlainCertains avaient raison lors de l’ouverture en avril 2013 : la Cour des Senteurs était mal partie.

Deux enseignes sur les quatre présentes, Guerlain (parfums) et Diptyque (bougies), ont annoncé leur départ début mars, faute de chiffres d’affaires suffisant, malgré la proximité du château. Et je donne pas cher de la ganterie Fabre. Seul Le Nôtre semble tirer son épingle du jeu.

Comment expliquer un tel fiasco, malgré les 1,9 M€ dépensés (il est vrai compensés par la vente du bâti, à savoir 2 M€) ?

D’une part, les tours opérateurs ne s’y intéressent pas : pas assez d’enseignes et pas d’intéressement. Quand on voit le nombre de touristes asiatiques qui dévalisent les boutiques Renaissance et Grain de Cuir (rues de la Paroisse et des Réservoirs), on se dit que la ville a loupé quelque chose.

D’autre part, les visiteurs viennent s’y promener, mais pas acheter car ils ont vite fait le tour et préfèrent faire leurs achats à Paris ! L’endroit est certes joli et permet un passage vers le quartier Saint-Louis, mais c’est plutôt maigrichon comme enjeux.

Avec un projet autour des arts de la table à la place de Guerlain, le maire ne semble pas inquiet.

Nous si.