monversailles-logo-v3Comme en 2008, 2011 et 2012, la campagne électorale actuelle excite les foules et déchaînent les commentateurs anonymes. Comme en 2008, 2011 et 2012, je reçois des mails et des commentaires d’insultes, de pressions, parfois dont les contenus font allusion à ma vie privée, familiale et professionnelle.

Un seul, parmi les partisans de l’équipe au pouvoir, a le courage de s’exprimer publiquement : Philippe Pain, qui tient lui aussi courageusement un blog. Même si nous sommes souvent en désaccord, je tiens à le féliciter et à le remercier de cette franchise.

Pourtant je laisse parler chacun d’entre-vous (vous pouvez l’attester chaque jour), mais certains, en petit nombre, semblent avoir un objectif : me faire arrêter mon site, me faire taire.

Rien ne m’arrêtera.

Au contraire, plus je reçois de messages agressifs, plus on cherche à me faire taire, plus grande est mon énergie. Liberté et indépendance sont mes seuls mots d’ordre.

Je ne vise pas l’objectivité et l’impartialité, qui sont des utopies, car mes intentions sont de permettre aux Versaillais d’obtenir des informations qu’ils n’auraient pas ailleurs, même quand elles dérangent le pouvoir en place, et de leur permettre de s’exprimer. Je ne force personne à me lire, mais je chérie ma liberté éditoriale. Je ne gagne pas d’argent avec ce site (quelques pubs pour payer mon serveur), aucun parti politique, association, entreprise ou syndicat ne tire les ficelles de MonVersailles.

Je suis prêt à discuter, physiquement ou par téléphone, sur tous les sujets.

L’anonymat ne me gêne pas, à condition qu’il respecte un code de conduite, à savoir :

– pas d’insulte
– pas de diffamation
– pas d’atteinte à la vie privée
– pas de hors-sujet inutiles polluants

Ceux qui ne respectent ce code verront leurs messages amputés ou supprimés, comme je le fais depuis 6 ans ; ceux qui ne veulent pas respecter ce code sont priés d’aller voir ailleurs.