La grille de la Grande Ecurie de Versailles a été restaurée récemment. De premier abord, on ne pourrait que se réjouir, quand on se souvient de l’état du métal et des pierres, dramatiquement délabrés.

Mais deux choses m’ont choqué : le jaune et la dénomination. Je ne suis ni historien ni ABF mais le doute m’envahit sans cesse quand je passe devant :

– la couleur jaune est bizarre, ne semble pas coller au reste du bâtiment et paraît fadasse, loin du jaune gourmette de la grille royale. Sans parler de la pierre qui ressemble plus à du béton qu’à de la pierre d’époque.

– « Ecuries du Roi » : je ne sais pas où on est allé chercher ça mais j’aimerais bien qu’un historien me confirme la pertinence de ces termes. Les supports de communication du château et de la ville, sans parler des sites référencés par Google n’emploient jamais ces termes, mais « Grande Ecurie » et « Petite Ecurie », dans le sens de grande = principale et petite = secondaire. « Ecuries du Roi » n’et pas faux mais pas très rigoureux non plus. On va dans le sens du touriste et non pas de l’Histoire. Dommage.

Je vous conseille vivement de lire l’article que le Point consacre à l’architecte en chef du château, Frédéric Didier : le jaune Didier, ses détracteurs, ses défenseurs et surtout le système hallucinant des architectes en chef des monuments historiques, qui décident des travaux et de leurs montants en tant que fonctionnaires, et qui les réalisent, en tant que profession libérale.

grande petite écurie roi royale versailles grande-ecurie-versailles-2 grande-ecurie-versailles-1

grande petite écurie roi royale versailles

grande petite écurie roi royale versailles