andré michaux botaniste perseIl est plus célèbre aux Etats-Unis qu’à Versailles : voici la première biographie francophone consacrée à André Michaux, l’un des plus grands botanistes du Museum national d’histoire naturelle … et du domaine de Marie-Antoinette, rédigée par un descendant de l’explorateur (son arrière-arrière-petit-neveu), Régis Pluchet.

« Descendant d’André Michaux, ayant passé ma jeunesse à Versailles, dans un milieu familial, culturel, social et urbain encore proche du sien, je souhaite, avec ce récit de son voyage, contribuer à faire découvrir cet itinéraire singulier d’un scientifique, côtoyant des diplomates, des guerriers, des intrigants et des pillards, des savants, des commerçants et des paysans, une personnalité attachante, un héros d’aventures comme on n’en fait plus guère. », souligne l’auteur.

En février 1782, le botaniste André Michaux décide d’explorer la Perse. Avec l’accord du gouvernement, il s’en va sur les routes de l’Empire ottoman accompagné du consul Rousseau. Il a pour mission de ramener des arbres et des fleurs pour le jardin de Marie-Antoinette, mais également des plantes qui soient utiles à la science et à l’industrie. Son voyage le mène en Syrie, à Bagdad puis à Bassora, où il se retrouve prisonnier d’une tribu arabe hostile au pouvoir en place. Il est finalement libéré et atteint la Perse, où il parcourt méthodiquement, à la recherche de végétaux inconnus, un royaume en proie aux guerres de successions.

De retour en France, André Michaux rapporte une multitude de graines et de plantes. C’est ainsi grâce à lui que l’on retrouve le Michauxia ou le Zelkova (ou orme du Caucase) dans nos forêts et nos parcs. Peu connu dans son pays natal, le scientifique a pourtant laissé à la France un héritage botanique inestimable. L’itinéraire inédit d’un botaniste à découvrir.

Regis Pluchet

Régis Pluchet est le descendant d’André Michaux. Journaliste retraité, il a essentiellement collaboré avec le magazine Alternative santé et travaille aujourd’hui avec les magazines Nature et Progrès et Hommes et plantes. En s’appuyant sur les notes et carnets de son aïeul, il nous livre un récit complet de l’expédition singulière et forte en péripéties de ce chercheur audacieux.

Le blog de Régis Pluchet