Le plus gros bailleur francilien, l’Opievoy, dont le siège est Versailles (Porchefontaine) a un nouveau président depuis lundi : Romain Colas, vice-président (PS) du conseil général de l’Essonne. Il succède à Michel Vialay (UMP), qui avait démissionné en novembre après avoir remis en cause la gestion de l’Opievoy par la direction opérationnelle.

romain colas opievoyRomain Colas a 32 ans et est maire de Boussy-saint-Antoine (Essonne).

Créé il y a 90 ans, l’Opievoy est le deuxième OPH (office public de l’habitat) de France et le premier d’Ile-de-France. Employant près de 1.100 personnes, il gère en effet plus de 50.000 logements – dont 42% en ZUS -, répartis dans 188 communes.

Cette nouvelle présidence va t-elle mettre un terme à la polémique qui empoisonne l’office depuis quelques mois ?

En effet, le 23 novembre dernier, les administrateurs représentant les élus du Val-d’Oise et des Yvelines, dont le président du conseil d’administration, Michel Vialay, par ailleurs maire de Mantes-la-Jolie, et le premier vice-président Lionel Georgin, ont démissionné du conseil d’administration. Les Yvelines mettent en avant des « divergences sur les orientations stratégiques de l’Opievoy« , tout en évoquant une « décision difficile, mais mûrement réfléchie« . Les deux départements « entendent dénoncer l’absence de transparence en matière de gestion budgétaire et financière et dans le domaine crucial de la programmation immobilière sur leur propre territoire« . Ils veulent aussi « alerter de manière solennelle sur les inquiétudes que suscite aujourd’hui la situation financière de l’Office, pour laquelle aucune garantie sérieuse n’a pu être obtenue« .